Aprilia, histoire à succès

Aprilia a les gênes de la course et est la marque racing du Groupe Piaggio dans les compétitions sportives.

De nombreux succès

Avec 294 victoires en MotoGP, Aprilia est le constructeur européen qui compte le plus grand nombre de victoires dans l'histoire de la catégorie reine.
Aprilia détient également 54 titres mondiaux: 38 en Championnat du Monde sur piste (20 en catégorie 125 et 18 en catégorie 250), 7 titres en Superbike (pilote puis constructeur en 2010, 2012 et 2014, et constructeur en 2013 ) et 9 titres en Off-Road (7 en Supermoto et 2 en Trial).*

* Toutes les données sont à la fin de la saison 2014

Top

Histoire

Avec 104 Championnats du Monde à son palmarès (54 Aprilia, 15 Moto Guzzi, 21 Derbi, 14 Gilera), le Groupe Piaggio est le groupe européen de motocyclisme le plus médaillé de tous les temps.

Moto Guzzi a remporté 15 titres mondiaux de 1949 à 1956; Gilera a remporté 14 titres mondiaux de 1950 à 2008, année où Marco Simoncelli fut le dernier champion italien de la catégorie 250.
Derbi a été fondée en Catalogne (Espagne) en 1920 et est entrée dans le monde des courses 40 ans plus tard; la société a rapidement créé le mythe des imbattables « Balas Rojas » (les balles rouges) en remportant 21 titres mondiaux, de 1969 jusqu'à la saison Moto GP de 2010, où Marc Márquez, jeune étoile du motocyclisme mondial, a commencé à accumuler une série de victoires, dominant ainsi la classe des 125.

La naissance d'Aprilia est liée au monde des courses et la marque représente le véritable étendard sportif du Groupe Piaggio.
Avec 294 Grands Prix remportés en Championnat du Monde, Aprilia détient le record des victoires parmi les constructeurs européens dans l'histoire de la plus grande compétition du motocyclisme. Au championnat du monde de SBK, Aprilia a décroché 41 victoires et 89 places sur le podium.
 À cela, on peut ajouter 54 titres mondiaux: 38 en Grand Prix (20 en 125 et 18 en 250), 7 en Superbike (doublet Pilotes et Constructeur en 2010, 2012 et 2014, Constructeur en 2013) et 9 dans les disciplines Off Road (7 pour les Supermotards et 2 en Trial).

En décembre 2004, Aprilia est entré dans le Groupe Piaggio, ce qui a entraîné une réorganisation du département des courses de Noale et un élargissement des horizons concernant l'activité sportive: son retour dans les compétitions off road et les premiers pas – en 2009 – de l'Aprilia RSV4 au championnat mondial de Superbike.

Durant la même période, Aprilia a accumulé une incalculable collection de titres européens et nationaux. Chaque week-end, partout dans le monde, les motos Aprilia descendent sur la piste des circuits internationaux et locaux, portant fièrement les couleurs du motocyclisme italien et européen, pour calmer la soif de course des bickers et permettre aux jeunes talents destinés à se lancer dans les compétitions mondiales de se faire la main.

Top

'60 / '70

Évolution d'une petite usine de vélos née en 1962, Aprilia commence à produire des cyclomoteurs à la fin des années soixante. Dès 1970, elle oriente sa production vers la fabrication d'un 50cm 3 cross, qui deviendra un 125, jusqu'à arriver aux premières motos- cross de compétition au milieu des années 70.

Après son entrée dans le monde des courses de Motocross en 1975, Aprilia débute en Grand Prix dans la classe 250 où la concurrence fait rage, pour défier les invincibles japonaises.

Top

'80

Nous sommes en 1985 et la première moto a un cadre à double poutre en alliage d'aluminium accouplé à une fourche Marzocchi et un mono-amortisseur arrière monté sur une suspension du type Pro-lever; Le moteur est un bicylindre 2T Rotax avec des cylindres placés à l'horizontale. Le première course a lieu le 23 mars 1985 à Kyalami, en Afrique du Sud où Loris Reggiani termine 12 ème. La suite du championnat révèle une très bonne moto, qui permet à Reggiani de monter pour la première fois sur le podium (troisième place) à Rijeka et de récidiver à Imola.

Après une saison 86 conditionnée par le grave accident de Reggiani, Aprilia 250 revient en force: un nouveau cadre, un moteur développé permettent d'obtenir deux deuxièmes places (Salzbourg et Rijeka). La victoire est à portée de main et est finalement obtenue à Misano: le 30 août 1987, Reggiani remporte son premier succès en Grand Prix sur l'AF1 250.

En 1988, tandis que la 250 continue de se développer dans un contexte qui connaît des hauts et des bas, Aprilia se révèle dans la catégorie 125 et obtient immédiatement une place sur le podium au Grand Prix de France.

Top

'90 - '95

Après deux saisons où les résultats se font attendre pour la 250, Aprilia change radicalement, à commencer par son sigle: la RS250V, moto exceptionnelle, voit le jour et fait immédiatement ses preuves lors de la saison 1991: Reggiani arrive troisième à Laguna Seca et Jerez, Chili à Misano. La victoire est finalement acquise par Chili sur le circuit d'Assen, immédiatement imité par Reggiani sur le Paul Ricard. Dans le même temps, une jeune talent est en train d'exploser: Max Biaggi remporte le championnat d'Europe en 250.

En 1991, la moto offre sa première victoire à Aprilia en catégorie 125: c'est Alessandro Gramigni qui la remporte en République Tchèque.

 

En 1992 le premier titre au championnat mondial de vitesse est obtenu: Alex Gramigni est Champion du Monde 125. Dans le même temps, la 250 se maintient au sommet: Chili gagne à Hockenheim, Assen et Donington, Reggiani à Jerez et Magny Cours, tandis que la révélation Biaggi remporte son premier GP à Kyalami. Aprilia remporte également deux titres mondiaux en tout-terrain: Tommi Ahvala est couronné Champion du monde de Trial sur l'Aprilia Climber et Aprilia s'adjuge le titre pour les constructeurs. Après une année 93 où les motos, aussi bien la 250 que la 125, confirment leur compétitivité mais manquent le titre de justesse, 1994 marque l'apothéose: Max Biaggi triomphe en Australie, en Malaisie, en Hollande, en République Tchèque et à Barcelone, devenant Champion du Monde sur 250 avec Aprilia. La même année, Kazuto Sakata est Champion du monde sur l'Aprilia 125: il gagne en Australie, en Espagne et en République Tchèque. Aprilia collectionne huit pole position et neuf meilleurs tours en course. Aprilia se lance également dans la catégorie 500, Reggiani au guidon, avec un bicylindre extrêmement agile: un choix innovant, dans la plus pure tradition Aprilia.

 

Durant la saison 1995 rien ne semble pouvoir arrêter Biaggi et Aprilia: Malaisie, Allemagne, Hollande, Grande Bretagne, République Tchèque, Argentine et Europe sont les victoires de la saison remportées par Max, qui le confirment Champion du Monde tandis qu'Aprilia remporte son premier titre dans la catégorie Constructeurs. Dans la catégorie 125, Sakata ne réussit pas à reconfirmer son titre et termine à la deuxième place: Aprilia remporte néanmoins trois victoires, deux avec le champion du monde en Grande Bretagne et en République tchèque, la troisième au Brésil avec Masaki Tokudome. 
Dans la catégorie 500, le bicylindre fait de grands pas en avant et Reggiani termine 10ème, devant plusieurs quadricylindres officiels.

Top

'96 - 2000

En 1996 Max Biaggi remporte son troisième titre de champion du monde: Malaisie, Japon, Espagne, Italie, France, Grande Bretagne, République Tchèque, Catalogne, Australie sont les étapes d'une marche triomphale qui porte Biaggi à son troisième titre consécutif. Le titre des constructeurs en catégorie 125 est également décroché, grâce aux victoires de Tokudome en Indonésie, au Japon, en Allemagne et à San Marin, de Perugini en Malaisie et en Grande Bretagne, du tout jeune Valentino Rossi en République tchèque, d'Oettl en Italie et de Gary McCoy en Australie.

 

En 1997 deux Championnats du monde sont également remportés par Aprilia: Pilotes et Marques 125. Le nouveau porte-drapeau est Valentino Rossi, qui domine littéralement la catégories des plus petites en remportant 11 victoires en 15 courses: Malaisie, Espagne, Italie, Autriche, France, Hollande, San Marin, Allemagne, Brésil, Grande Bretagne, Catalogne et Indonésie.

La saison 1998 est un triomphe pour Aprilia qui remporte 13 Grands Prix sur 14 dans la catégorie 250, laissant juste une place à la concurrence lors de la course d'ouverture au Japon. Loris Capirossi remporte le titre des Pilotes. La supériorité de l’Aprilia 250 est telle que tous ses pilotes se retrouvent par quatre fois ensemble sur les marches du podium! 
Aprilia remporte haut la main le titre Mondial des Constructeurs 250.

Dans la catégorie 125, Kazuto Sakata remporte le Mondial des Pilotes grâce à une saison où il s'impose en Grande Bretagne, en France, en Espagne et au Japon.

 

L'année 1999 est celle de Valentino Rossi qui remporte le titre 250 en selle de l'époustouflant bicylindre Aprilia RSW, avec 9 victoire à son palmarès. Derrière Rossi, les « clients » Aprilia se mettent également en évidence avec Battaini, Waldmann, McWilliams, Lucchi. C'est aussi grâce à eux qu'Aprilia remporte pour la deuxième fois le Mondial des Constructeurs. Le courageux projet du bicylindre 500 cm 3 connaît un moment de splendeur: à Donington. Harada a la victoire à portée de main après être monté sur le podium du Paul Ricard et s'être classé quatrième à Mugello (où il s'adjuge la pole position) et en Catalogne. L'année 1999 marque aussi les premiers pas d'Aprilia au mondial de SBK avec le bicylindre RSV Mille; le constructeur vénitien se confronte pour la première fois aux grandes motos de compétition à 4T.

Top

2000 - 2005

La consécration a lieu en 2000: engagée pour la première fois en Superbike avec une équipe officielle, Aprilia surprend tout le monde: Troy Corser remporte 5 victoires et quatre super-pole, en effleurant le titre. Au championnat mondial de moto, les triomphes s'accumulent: Roberto Locatelli est Champion du Monde en 125. Il s'agit du quinzième titre mondial de l'histoire d'Aprilia.

 

En 2001, la SBK procure de grandes satisfactions avec trois victoires (deux remportées par Corser et une par Laconi), huit podium et trois Superpole. Concernant le championnat du monde de moto, il s'agit d'une année de réflexion: en 250 Harada est vice-champion et Melandri obtient une troisième place. Aprilia remporte cinq victoires tandis que la catégorie 125 n'offre que deux victoires (Cecchinello en Catalogne, Sanna en Allemagne).

Mais en 2002 la marque prend sa revanche: Aprilia écrase ses adversaires au championnat du monde de vitesse en alignant 4 titres: deux titres mondiaux constructeurs, catégories 125 et 250, et deux titres pilotes, en 250 avec Marco Melandri et en 125 avec Arnaud Vincent. Les 125 Aprilia remportent 8 courses sur les 16 programmées mais c'est dans la catégorie 250 que la suprématie est écrasante. Les 250 de Noale remportent 14 courses sur 16. 2002 marque aussi le début de la trois cylindres RS Cube avec laquelle Aprilia fait son apparition dans la nouvelle classe reine du MotoGP.

 

En 2003 Aprilia remporte trois titres: Constructeurs 125 (avec 10 succès), Pilotes 250 (un époustouflant Manuel Poggiali gagne le mondial à ses débuts) et Constructeurs 250 (grâce à 14 victoires). La saison en Moto GP est plus travaillée: la RS Cube commence bien entre les mains de Colin Edwards et Nori Haga, elle arrive avec un tour d'avance en compétition durant le Grand Prix de France et effectue d'autres prestations encourageantes; puis les ténèbres jusqu'à la revanche en finale.

 

2004 et 2005 sont deux saisons de transition qui voient le retour d'Aprilia en off road. Le département des courses de Noale fait basculer son professionnalisme dans le secteur du Cross, de l'Enduro et de la Supermotard: le projet révolutionnaire du propulseur à deux cylindres pousse Jérôme Giraudo vers l'historique victoire en catégorie S2. Au championnat du monde de vitesse, Aprilia obtient uniquement le titre constructeurs catégorie 125.

Top

2006 - 2009

Grâce à son entrée dans le Groupe Piaggio et à la réorganisation du Département des Courses, Aprilia vit une saison record en 2006, au terme de laquelle elle compte six victoires en mondial: les tout jeunes espagnols Jorge Lorenzo (250) et Álvaro Bautista (125) s'octroient le titre des Pilotes et permettent à leur moto de remporter les lauriers dans la catégorie des Constructeurs.

Aux quatre titres du championnat du monde de vitesse s'ajoutent deux titres en Championnat du monde de Supermotard (S2): le français Van Den Bosch est sacré Champion du monde et Aprilia est couronnée dans la catégorie des Constructeurs.

 

Aprilia récidive lors de la saison suivante (2007) en remportant cinq titres mondiaux: aux titres de meilleur Constructeur en catégorie 125 et 250, s'ajoutent les lauriers de Lorenzo en 250 et du hongrois Gabor Talmacsi en 125. Le titre Constructeurs est remporté au championnat du monde de Supermotard en S2.

Deux titres sont encore décrochés au Championnat du monde de vitesse en 2008: les lauriers des Constructeurs en 125 et 250 témoignent de la suprématie d'Aprilia dans les classes les plus jeunes au vu de la collection de victoires.  

 

Pourtant la révolution est aux portes de l'entreprise et le projet le plus ambitieux d'Aprilia est dévoilé lors de la saison 2009. Parallèlement au lancement commercial de la RSV4, la super-sportive révolutionnaire caractérisée par une motorisation de pointe de 1000 cm 3 et 4 cylindres en V de 60°, Aprilia Racing a planifié son retour au championnat du monde de Superbike. Aprilia choisit Max Biaggi pour mener à bien son projet, flanqué de Shinja Nakano, signant ainsi un retour à Noale douze ans après son dernier titre en 250. Les débuts sont marqués par un progrès continu de la moto, qui remporte son premier succès sur le circuit de Brno. Huit podiums vont s'ajouter à cette victoire, témoignant de la validité du projet et des compétences du pilote. 3 titres sont décrochés au Championnat du monde de vitesse: Pilotes en catégorie 125 avec l'espagnol Julián Simón et Constructeurs pour les 125 et les 250. En 2009, les premiers résultats du bicylindre RXV 4.5 se font également sentir, la moto étant utilisée par Aprilia dans les grands raids du championnat du monde de Rally: dans le Rally des Pharaons, Paolo Ceci remporte la victoire dans la catégorie 450 et Aprilia termine à la quatrième place, face à des motos de bien plus grosse cylindrée. Il s'agit en fait d'un prélude avant l'arrivée de l'Aprilia RXV 4.5 au Dakar 2010.

Top

2010

Au cours de la plus célèbre et de la plus massacrante des grandes courses de off road, Aprilia obtient une incroyable troisième place absolue avec le chilien Francisco Lopez (vainqueur de trois étapes) et domine la classe 450 SP avec Paolo Ceci.

 

En 2010, le chef-d’œuvre est accompli en WSBK: la RSV4 et Max Biaggi, partis pour la saison avec l'intention de poursuivre la progression entamée au cours du premier championnat, se retrouvent bien vite à devoir lutter pour une première place. Deux victoires sont décrochées à Portimao et Monza. Puis Leon Camier, le jeune anglais qui court aux côtés de Biaggi, monte sur le podium, ce qui contribue à la suprématie d'Aprilia au classement des Constructeurs.

Le triomphe américain sur le circuit de Miller propulse Biaggi en tête du classement. Une position qui n'effraye pas le détenteur de quatre titres de champion du Monde, puisqu'il récidive à Misano (deux victoires) et à Brno. Seul le britannique Haslam tente de résister à Max et à son Aprilia au carénage tricolore (Alitalia est le sponsor principal) mais les dés sont désormais jetés à Imola.

En obtenant la cinquième place dans la course, Max Biaggi devient Champion du monde de SBK. C'est le premier italien à remporter ce titre prestigieux.

Top

2011

Avec la double victoire dans la catégorie 125 GP de la saison 2011 (pilotes et constructeurs), décrochée grâce au pilote espagnol Nico Terol, Aprilia consolide sa position prédominante parmi les constructeurs européens engagés dans le championnat du monde de vitesse, en affichant le plus grand nombre de victoires. 294 victoires sont ainsi totalisées en Grand prix, 38 titres mondiaux, auxquels il faut ajouter 2 titres en trial, deux en Superbike et 7 en Supermotard.

En 2011, Max Biaggi arrive troisième au classement des pilotes du championnat du monde de Superbike, à cause d'un accident qui l'empêche de donner le meilleur de lui- même durant les dernières courses de la saison.

Ses 2 victoires et le total des 12 podiums, plus les 4 podiums obtenus par son équipier Leon Carnier, ont permis à l'équipe Aprilia Alitalia Racing de se qualifier en troisième place pour le prix des Constructeurs.

Top

2012

La saison SBK 2012 est l'histoire d'un triomphe: Max Biaggi part sur les chapeaux de roue en gagne la course d'ouverture en Australie. Max caracole en tête du classement pendant quasiment tout le championnat et ne recule à la deuxième place qu'après l'étape de Moscou. Au round suivant, il revient immédiatement en tête et gagne la course de Nurburgring, lors d'une journée historique pour Aprilia qui place trois RSV4 sur le podium, d'abord en compétition 1 avec Max, aux côtés duquel on retrouve son coéquipier Eugene Laverty et Chaz Davies, pilote de l'Aprilia de l'équipe ParkinGo et deux RSV4 en Compétition 2, avec Davies vainqueur et Laverty second tandis que Max offre le spectacle d'une remontée enthousiasmante. Au dernier round, qui a lieu à Magny-Cours, Biaggi se présente en tête du classement des Pilotes avec 30,5 points d'avance sur Tom Sykes (Kawasaki), 38,5 points d'avance sur Marco Melandri (BMW) et 68,5 points d'avance sur Carlos Checa (Ducati). Au classement mondial des Constructeurs, Aprilia lance son dernier assaut pour le titre, avec 28,5 point d'avance sur BMW, 47,5 sur Ducati, 66 sur Kawasaki, 152 sur Honda et 292 sur Suzuki.

 

Une météo défavorable et la dixième place sur la grille de départ viennent compliquer l’assaut final de Max. Durant la Course 1, Max glisse et abandonne après quelques tours. Sykes (qui arrive troisième) et Melandri (second) se rapprochent dangereusement de lui au classement des pilotes. La conquête du titre mondial se fait au dernier virage de la dernière course: Max finit cinquième, position qui lui permet de conserver un avantage minimal sur Sykes et de devenir Champion du Monde pour la deuxième fois en Superbike. Aprilia est sacrée Championne du monde des Constructeurs en SBK.

 

Pour Max Biaggi, il s'agit du sixième titre mondial au cours d'une carrière extraordinaire. Et sur ces six victoires triomphales, 5 (trois en 250 et deux en SBK) ont été obtenues sur une moto Aprilia. Pour Aprilia, ce titre Constructeurs (le deuxième en SBK) lui permet de totaliser un nombre de 51 victoires en championnat du monde. Par ailleurs, le Groupe Piaggio, qui regroupe d'autres marques historiques du motocyclisme sportif comme Gilera, Moto Guzzi et Derbi, atteint ainsi le chiffre spectaculaire de 101 titres mondiaux. Avec 101 Championnats du Monde à son palmarès (51 Aprilia, 15 Moto Guzzi, 21 Derbi, 14 Gilera), le Groupe Piaggio est le groupe européen de motocyclisme le plus médaillé de tous les temps.

Top

2013

En 2013 Aprilia poursuit sa route au championnat du Monde de Superbike avec la quatre cylindres RSV4, fer de lance de la gamme roadster. Les pilotes choisis pour le championnat du monde SBK sont Eugene Laverty, pilote expérimenté et le français Sylvain Guintoli. La saison s'ouvre sur une extraordinaire performance collective à Phillip Island, où les pilotes de l'équipe Aprilia Racing s'alternent sur la plus haute marche du podium. Le championnat continue avec Eugene Laverty qui totalise 9 victoires et arrive à la deuxième place du classement des Pilotes, tandis que Sylvain Guintoli prend les rênes du classement durant la majeure partie de la saison. Il ne cède sa place que durant les dernières courses, victime d'une blessure à l'épaule droite qui porte préjudice à ses prestations à la fin de la saison. Il termine néanmoins avec une excellente troisième place.  

Grâce aux performances des autres RSV4 en piste, notamment celle de Davide Giugliano de l'équipe Althea, Aprilia a dominé le classement des constructeurs dès la première course remportant ainsi son troisième titre dans la catégorie des marques au cours des dix dernières années, avec un total de 550 points contre 501 pour Kawasaki, 443 pour BMW, 243 pour Suzuki, 236 pour Honda et 185 pour Ducati.

Top

2014

Le Championnat du Monde de Superbike 2014 se termine sur le triomphe d'Aprilia qui décroche à la fois le titre Pilotes grâce au français Sylvain Guintoli et le titre Constructeurs grâce à l'Aprilia RSV4. 

La saison SBK 2014 se montre extrêmement spectaculaire, marquée par l'incroyable remontée de Guintoli et de l’Aprilia face au porte-drapeau Kawasaki, Tom Sykes, qui semblait imbattable durant la première moitié du championnat. Pourtant, une série impressionnante de victoires collectionnées par les pilotes Aprilia, Sylvain Guintoli et Marco Melandri, permettent tout d'abord de passer devant Kawasaki pour le titre des Constructeurs et au français de n'être séparé de la première place que de 12 points, après le dernier rendez-vous décisif au Qatar. Sur la piste de Losail, Guintoli effectue une remontée qui restera dans les annales du championnat de Superbike, avec deux époustouflantes et indiscutables victoires: lors de deux courses nocturnes sur le circuit du désert, le pilote double Tom Sykes et décroche le titre de Champion du monde, pour la première fois de sa carrière. 

Aprilia a une double l'occasion de fêter l’événement puisqu'elle remporte le titre de Champion du monde des Constructeurs pour la troisième année de suite. Cela souligne l'indiscutable supériorité technique de la RSV4, la moto italienne qui depuis son entrée au championnat de SBK (2009) a anéanti les meilleurs concurrents mondiaux en empochant 7 titres mondiaux (trois pour les Pilotes et quatre pour les Constructeurs). C'est la troisième fois que la RSV4 Aprilia permet de décrocher un double titre (Pilotes et Constructeurs) après les « en-plein » obtenus en 2010 et 2012 avec Max Biaggi. 

Après la course américaine de Laguna Seca, Sykes (Kawasaki) avait un avantage de 44 points sur Guintoli, un écart énorme sachant qu'il ne restait que trois rounds à disputer. C'est alors que la reconquête a commencé, que la RSV4 et ses pilotes sont apparus imbattables. À Jerez et à Magny-Cours Aprilia domine les courses en remportant trois victoires grâce à Melandri (et Guintoli qui se place toujours en deuxième position) et une grâce à Guintoli (et Melandri second). Les points obtenus pèsent lourdement et permettent à Aprilia de rejoindre puis de dépasser Kawasaki pour le titre mondial de la catégorie Constructeurs et à Guintoli d'arriver au rendez-vous du Qatar avec seulement 12 points d'écart avec Sykes.

Top

2015

La saison 2015 marque le retour d'Aprilia dans la catégorie MotoGP avec une année d'avance par rapport aux programmes initialement annoncés. La stratégie établie par le Groupe Piaggio pour la marque Aprilia dans la classe reine vise en effet à favoriser un progrès rapide au niveau de la compétitivité, en concentrant tous les efforts techniques et d'organisation des structures Aprilia Racing sur le développement de prototypes pour la classe reine. C'est pourquoi Aprilia Racing entre en piste après avoir passé un accord avec Gresini Racing. Après une saison de « test en compétition » les pilotes Álvaro Bautista (Espagne) et Stefan Bradl (Allemagne) arrivent à stabiliser les Aprilia RS-GP à une certaine mise au point et même de les faire entrer dans la top ten à quelques occasions. Il s'agit de résultats positifs, surtout si on considère que la première MotoGP Aprilia de l'ère moderne est en réalité une moto de laboratoire, largement dérivée de la RSV qui a dominé le WSBK. Les connaissances et les compétences acquises sur cette moto sont utilisées pour concevoir le nouveau prototype qui participera aux courses en 2016.

Parallèlement aux efforts fournis en MotoGP, la RSV4 confirme son talent au championnat du monde de Superbike. Conduite par les pilotes Leon Haslam (UK) et le débutant espagnol Jordi Torres, la V4 vénitienne remporte 3 courses et obtient 10 podiums confirmant ainsi sa compétitivité. Un autre podium extraordinaire (le onzième de l'année 2015) est obtenu par Max Biaggi qui, à 44 ans et trois ans après son retrait de la compétition, décroche une magnifique troisième place en tant que pilote wild card, la deuxième fois après Misano, sur le circuit de Sepang en Malaisie. En 2015 Aprilia conquiert la Superstock 1000 FIM Cup avec le pilote italien Lorenzo Savadori, confirmant l'extrême compétitivité de la RSV4 RF même dans la version plus semblable au modèle de série. La dernière course de la Superstock 1000 FIM Cup offre une victoire méritée à Savadori, après avoir obtenu quatre premières places et trois podiums au cours des huit rendez-vous de la saison. Aprilia domine également les autres marques puisqu'elle s'adjuge le titre Constructeurs avec 176 points: 34 de plus que BMW, 39 de plus que Ducati, 64 de plus que Yamaha et 118 de plus que Kawasaki.

Top

2016

La saison du championnat marque l'entrée de l'Aprilia RS-GP sur la piste, la première MotoGP entièrement conçue et réalisée par le département italien des compétitions sportives sur la base du moteur exclusif V4 « étroit », désormais devenu marque de fabrique d'Aprilia. Álvaro Bautista et Stefan Bradl, pilotes confirmés de l'équipe, effectuent une progression constante et totalisent 26 placements aux positions rapportant des points durant les 18 courses programmées au calendrier du MotoGP. Aprilia se hisse ainsi à la septième place des équipes participant au championnat.

Lors du championnat mondial de Superbike, les RSV4 sont utilisées en compétition par une équipe étrangère (les pilotes sont Alex De Angelis et Lorenzo Savadori, qui fait ses premiers pas au WSBK). La valeur de la RSV4 reste ainsi démontrée au cours des championnats dédiés aux dérivées de série. Durant le MotoAmerica, Claudio Corti et l'équipe HSBK (participant à la Superstock 1000) prennent plusieurs fois place sur le podium, devant les Superbike les plus puissantes. À la Superstock 1000 FIM Cup, Kevin Calia termine à la troisième place, grâce à sept placements qui lui rapportent des points (il monte deux fois sur le podium) lors des huit courses disputées. 

Top